Une pédagogie de l'écoute pour ouvrir les oreilles aux langues étrangères v1.0

1Une pédagogie de l'écoute pour ouvrir les oreilles aux langues étrangères

L'Audio-Psycho-Phonologie : Une pédagogie de l'écoute pour ouvrir les oreilles aux langues étrangères

2Chaque langue utilise certaines plages de fréquences

Le Pr Tomatis a observé que chaque langue utilise de façon préférentielle certaines plages de fréquences sonores, appelées bandes passantes. Voici le tableau des bandes passantes de plusieurs langues courantes :

fleche_bleu

3Votre Oreille est-elle prête?

Ces différences sont liées à la différence de l’impédance de l’air selon les lieux. En effet, en fonction de l’altitude, de la végétation, de l’humidité et d’autres caractéristiques géographiques, l’air va mieux propager certaines fréquences et en atténuer d’autres.

Par exemple, en Angleterre l’air est un excellent conducteur des fréquences aigues mais coupe les sons graves.

Votre Oreille est-elle prête?

Dès les premiers mois, l’oreille du petit enfant se spécialise à écouter tous les sons et les rythmes de son environnement linguistique afin de pouvoir les reproduire verbalement.

`

L’oreille s’ouvre donc aux fréquences de la langue maternelle mais aussi demeure “fermée” à celles qui n’en font pas partie.

Les français, de part leur étroite bande fréquentielle, limitée dans les médiums, ne sont naturellement pas des linguistes.

Au contraire, l’oreille des russes est ouverte à la totalité des sons, ce qui leur donne une grande facilité pour les langues.

Il apparaît ainsi clairement que le don des langues n’est autre que la capacité à percevoir l’ensemble des sons et des rythmes afin de pouvoir les reproduire sans perte ni distorsion, c’est-à-dire sans accent.

D'autre part, une bonne audition n’est pas suffisante, l’oreille doit pouvoir analyser les sons.

4Entendre notre interlocuteur étranger et ne pas être capable de répéter

Par exemple, nous pouvons parfaitement entendre notre interlocuteur étranger et ne pas être capable de répéter ce qu’il nous dit. De même, certains enfants ont du mal à intégrer leur propre langue maternelle.

Il existe deux muscles dans l’oreille qui sont mobilisés dans les processus de l’écoute et non pour l’audition pure, qui est passive.

C’est grâce à ces muscles que nous pouvons sélectionner et analyser les sons que nous voulons écouter.

Pour chaque langue vivante, les muscles de l’oreille travaillent d’une manière particulière, adaptée aux fréquences de la langue.

En fonction de l’âge et de l’histoire personnelle, l’oreille peut être plus ou moins fermée aux sons. Ces personnes, même après de longs séjours à l’étranger, ont de grandes difficultés à comprendre et parler une langue étrangère. Elles peuvent par contre acquérir une bonne connaissance de la langue écrite.

Grâce à sa compréhension de l’oreille et des caractéristiques propres à chaque langue, le Pr Tomatis a inventé une technique qui permet d’ouvrir l’oreille aux langues étrangères.

Les appareils à “Effet Tomatis” sont programmés pour faire travailler l’oreille dans les fréquences et les rythmes spécifiques à la langue désirée. Avec un nombre suffisant d’heures de stimulation, l’oreille devient capable de décoder les sons et ainsi donne la possibilité instantanée de les reproduire avec de moins en moins d’accent (de distorsions).

Les séances d’intégration alternent entre des cassettes à écouter tout en étant détendu, et des séances de mots et de phrases à répéter avec un retour de la voix dans les fréquences désirées.

Des Tests d’Ecoute sont régulièrement effectués pour suivre les progrès des personnes et pour programmer le niveau des séances d’intégration.

Les résultats sont là!

Les résultats d’une étude (Audio-Lingua), financée dans le cadre du programme européen SOCRATES, menée sur 3 ans (1993-1996) auprès de différentes universités européennes, a montré que les techniques du Professeur Tomatis permettent un gain de 50% de temps pour intégrer une langue étrangère, comparé aux autres méthodes traditionelles (enseignement et laboratoire de langue).

Pour en savoir plus :

Shmuel Haggaï 01 01 2018